dim.

23

juin

2019

Conférence débat

lun.

03

juin

2019

Intervention de Sophie Baron Laforet, présidente de l'AFC pour l'émission Affaires sensibles sur France Inter

ven.

03

mai

2019

Colloque - 11 juin 2019

 

L’Université de Lille et le laboratoire PSITEC ont le plaisir de vous convier à un colloque international et interdisciplinaire sur les violences sexuelles à l’Université (Comprendre pour mieux prévenir) qui se tiendra le 11 juin 2019 sur le campus Pont-de-Bois.

 

L'objectif général de ce colloque est d'offrir un état des connaissances quant à la problématique des violences sexuelles à l'Université et sa prévention. Ce colloque verra entre autres intervenir deux conférencières internationales : Barbara Krahé de l’Université de Potsdam (Allemagne) et Geneviève Parent de l’Université du Québec en Outaouais (Canada).

 

Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 31 mai 2019 : https://violencesexuniv.sciencesconf.org

 

mar.

30

avril

2019

Conférences de Dan Kaminski

jeu.

18

avril

2019

Colloque

jeu.

18

avril

2019

Colloque formation

Pour en savoir plus : http://www.psylegale.com/wp-content/uploads/2019/04/Colloque-Violences-Conjugales.pdf

jeu.

04

avril

2019

Colloque

http://www.societecrimino.qc.ca/congres/congres-2019-inscription.php

mer.

03

avril

2019

Colloque Mutations de la procédure pénale

Programme du colloque
Colloque MPP9, Rennes, avril 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 81.6 KB

sam.

30

mars

2019

Colloque Equilibre des peines

sam.

30

mars

2019

Conférence justice restaurative

mer.

27

mars

2019

5ème Colloque Jeunes Chercheurs et Jeunes Chercheuses sur la privation de liberté

 

« Les frontières de la privation de liberté »

 

Paris, 12 et 13 mars 2020.

 

colloquejeuneschercheurs2020@gmail.com

Appel à contribution
Appel à contribution 2020 CJC.pdf
Document Adobe Acrobat 114.6 KB
Fiche candidature
Fiche candidature_2020 CJC.pdf
Document Adobe Acrobat 85.3 KB

mar.

12

mars

2019

Revue Criminologie : appel à contribution

jeu.

28

févr.

2019

La fabrique de la radicalité, une sociologie des jeunes djihadistes français

Le vendredi 17 novembre 2018, l'AFC a organisé avec le Dr Ameziane Ait MENGUELLET, médecin psychiatre et membre de notre conseil d'administration, une rencontre à Lille, avec Laurent BONELLI, coauteur avec Fabien Carrié du livre  : 
"La fabrique de la radicalité, une sociologie des jeunes djihadistes français".

lun.

25

févr.

2019

Colloque parentalité et détention

programme.pdf
Document Adobe Acrobat 3.0 MB

mer.

30

janv.

2019

SEMINAIRE DE CRIMINOLOGIE

Dans le cadre de ses enseignements universitaires, le Laboratoire d'éthique médicale et médecine légale de l’Université Paris Descartes dirigé par la Professeure Marie-France Mamzer met en place un séminaire de criminologie animé par Gérard Lopez, Mélanie Voyer et Suzanne L’éveillée. Ce séminaire s’intègre aux Diplômes universitaires de « Victimologie », et de « Traitement des auteurs d’infractions à caractère sexuel » ainsi qu’au diplôme universitaire de « psychopathologie et criminologie » et de « psychiatrie criminelle et médico-légale » de Poitiers dirigés par les Professeurs Jean-Louis Senon et Laurence Leturmy. Il est accessible aux professionnels de santé, juristes, chercheurs en sciences sociales, travailleurs sociaux qui désirent y assister. 

Séminaire Crimino 2018-2019 MV.pdf
Document Adobe Acrobat 396.2 KB

mer.

16

janv.

2019

Appel à contribution de la revue Criminologie

Appel à contribution - Désistement assis
Document Microsoft Word 80.0 KB

mer.

28

nov.

2018

Séminaire du LAMES

mer.

28

nov.

2018

Les idées claires : la justice est-elle moins sévère pour les puissants ?

Pour en parler Alain Blanc, ancien président de cours d'assises et vice-président de l’Association française de criminologie, est l'invité des Idées Claires sur France Info.

 

Le lien : https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/droit-et-justice/les-idees-claires-la-justice-est-elle-moins-severe-pour-les-puissants_3074869.html

 

"Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir" écrivait La Fontaine dans Les Animaux malades de la peste. Quatre siècles plus tard, la justice reste-t-elle plus clémente avec les puissants qu'avec les plus pauvres ?

En avril 2017, le tribunal correctionnel de Bordeaux avait condamné à de la prison ferme un homme sans domicile fixe qui avait volé pour 20 euros de nourriture dans un supermarché. Cette peine avait d'autant plus choqué l'opinion publique que quelques mois auparavant, à l'autre bout de l'échelle sociale, l'ancienne ministre de l'Économie, Christine Lagarde, condamnée dans l'affaire Tapie, avait échappé à une peine de prison.

 

Les exemples d'hommes politiques inquiétés mais évitant la prison ne manquent pas : de Jacques Chirac à Jérôme Cahuzac en passant par le couple Balkany. La justice semble plus clémente avec ceux qui gouvernent qu'avec les petits délinquants parfois sous les verrous pendant plusieurs années après un vol de quelques centaines d'euros.

 

mer.

14

nov.

2018

JUSTICE ET TERRORISME : ENTRE MÉMOIRE VICTIMAIRE ET DÉPASSEMENT DE LA VIOLENCE MERCREDI 19 DÉCEMBRE 2018

Bibliothèque nationale – Petit Auditorium 

 

Colloque organisé par l'Association Recherches Mimétiques en partenariat avec la BnF : http://www.rene-girard.fr/57_p_44418/colloques.html

 

Intervenants  : 

Robert Badinter (entretien filmé), Jean-Marc Bourdin, Benoît Chantre,  Alain Cugno, Antoine Garapon, Christian Lavialle, Cathy Leblanc , Pierre-Olivier Monteil , Bernard Perret, Denis Salas et Frédéric Worms  

 

Quoi qu'il en soit du débat sur sa nature et ses causes, le terrorisme islamique a un objectif assez clair : détruire les sociétés démocratiques, non pas certes physiquement (il n’en a pas les moyens), mais dans leur essence politique, morale et spirituelle, en les poussant à se renier elles-mêmes, à se dénaturer et à faire ainsi la preuve de l’insignifiance des valeurs sur lesquelles elles se prétendent fondées. C'est donc d'abord sur le terrain des valeurs et des institutions que doit s'évaluer la résilience de l'esprit démocratique et la pertinence de ses réponses politiques. Comment faire pour que la démocratie sorte grandie de cette épreuve ?

 

Pour commencer, il convient d'examiner si la manière dont nous répondons à la violence est de nature à nous en protéger. S'il est vrai que, comme le pensait René Girard, « la violence n'est jamais perdue pour la violence », il faut se demander comment les sociétés démocratiques métabolisent la haine dont elles sont l'objet dans les comportements quotidiens, la culture, les pratiques collectives et le fonctionnement de leurs institutions, et ce que produisent en retour ces réponses sur les ressorts de la violence.

 

La non-violence exemplaire des foules qui se rassemblent par solidarité avec les victimes a pour contrepartie l'exigence de voir l'État assumer, avec plus de solennité et de sévérité encore, son monopole de la violence légitime. Cette violence se concrétise d'abord par une répression policière et judiciaire implacable. Mais elle peut aussi se sublimer dans des dispositifs symboliques. Il semble en effet inévitable et salubre d’opposer à l'idéologie djihadiste une autre forme de religiosité, à travers une mise en scène politique de l'unanimité du corps social, voire des initiatives mémorielles. Mais l’ambivalence de ces nouveaux rituels doit aussi être questionnée.

 

Face à une violence qui cherche à s'ancrer dans une transcendance religieuse, le risque existe toujours d'être entraîné sur le même terrain, celui de la diabolisation de l'adversaire, de la rhétorique guerrière, de la sacralisation du combat et de ses victimes innocentes. Or, la priorité doit être plutôt de démystifier la violence terroriste, de faire apparaître sa nullité, son incapacité à fonder quoi que ce soit. C'est à cette entreprise que peut contribuer la société civile par ses élans de solidarité et la mise en récit du traumatisme. En fin de compte, ne sommes-nous pas dans un moment privilégié pour faire de nouveaux pas vers la sortie du sacrificiel, seul destin possible pour la démocratie ?

Programme et inscriptions
ARM_colloque_presentation.pdf
Document Adobe Acrobat 63.7 KB

sam.

10

nov.

2018

7 décembre 2017 : Journée AFC : Radicalités et radicalisations. Recherches, politiques et pratiques de terrain

Inscription obligatoire auprès de Pascal Decarpes : pdecarpes@yahoo.fr

 

Twitter AFC

AFC Facebook

ICI