Le Prix Gabriel Tarde

Depuis 1972, le prix Gabriel Tarde récompense, tous les deux ans (sauf exceptions), le meilleur travail en français de recherche en criminologie (science juridique, psychologie, philosophie pénale, sociologie, anthropologie, géographie...).

 

Financé par le Ministère de la Justice, il est décerné par un jury international indépendant et géré par l'AFC depuis 1984.

 

Le Ministère de la Justice subvient aux différents frais liés à l’organisation du prix et à sa valorisation ainsi qu’à la récompense du lauréat (3 050 euros).

Les membres du jury

BARON LAFORET Sophie

BESSETTE Jean-Michel

CUGNO Alain

DEL TUFO Valeria

JOBARD Fabien

LIONET PRYGODZKI Nathalie

RENNEVILLE Marc

RENOUARD Jean-Marie

ROBERT Christian Nils, Président du Jury

DEL TUFO Valéria

 

Le Prix Gabriel Tarde : session 2014-2015

Prix Francophone de Criminologie

 

Le PGT récompense l'auteur français ou étranger, d'un ouvrage de criminologie en français, publié en première édition ou non encore publié, achevé après le 1er juin 2013 (date de clôture des inscriptions de la session précédente).

 

Que faire pour concourir ?

 

Les inscriptions à la session "2014-2015'" du Prix français de criminologie (Prix Gabriel Tarde) sont ouvertes à compter du 1er décembre 2014 et ce jusqu'au 1er juin 2015.

Sont pris en considération, pour l'attribution du prix, les seuls ouvrages qui constituent pour leurs auteurs l'une des premières recherches ou l'un des premiers travaux dans le champ de la criminologie.

Le prix peut récompenser une œuvre collective. Dans ce cas, seul le (ou les) auteurs(s) remplissant les conditions précisées supra concour(en)t au prix Gabriel Tarde.

 

Dossier de candidature :

 

Les candidats doivent adresser leur ouvrage en trois exemplaires, ainsi qu'un résumé d'environ 5 000 caractères (espaces compris) et un curriculum vitae : ces deux documents étant reproduits en 10 exemplaires.

 

Le dossier doit parvenir à l'adresse suivante : Association Française de Criminologie c/o Lucie JOUVET, 40a rue du vieil Armand 68700 Steinbach.

Pour tout renseignement sur le PGT : pdecarpes@yahoo.fr

 

Depuis l'origine (1972), le Prix Gabriel Tarde est financé par le ministère de la Justice. Le prix est d’une valeur de 3000 euros.

Les précédentes sessions

Le lauréat 2012 - 2013

Xavier de Larminat « La probation en quête d'approbation : l'exécution des peine en milieu ouvert entre des flux et gestion des risques »

 

Le 11 décembre 2013, dans les salons du Ministère de la Justice, Mr Eric LUCAS, Secrétaire général du Ministère a remis au nom de Mme Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, les distinctions préparées en leur honneur au lauréat du Prix Gabriel Tarde, Xavier de LARMINAT ainsi qu’aux trois autres jeunes chercheurs désignés par le jury.

 

Outre le Président du Jury, le Professeur Christian-Nils ROBERT, étaient entre autres présents Fabien JOBARD, directeur du Cesdip, des représentants de toutes les directions du Ministère, et les familles et amis des lauréats.

AFC Newsletter Prix Gabriel Tarde.pdf
Document Adobe Acrobat 976.2 KB

Les lauréats des sessions précédentes

1972 : Catherine Balle pour La Menace et son traitement judiciaire. Étude sociologique d’un langage de violence.

 

1973 : Claude Faugeron pour Analyse typologique des représentations sociales de la justice criminelle en France.

 

1974 : Hanna Malewska et Vincent Peyre pour Délinquance juvénile, famille, école et société.

 

1975 : Pierre Lascoumes pour Prévention et contrôle social.

 

1976 : Bruno du Pouget de Nadaillac pour Les Groupes adolescents de banlieue.

 

1978 : Michel Chauvière pour Recherche sur la rééducation et le secteur enfance inadaptée (1940-1950)

 

1979 : Arlette Farge pour Vivre à Paris dans la rue au xviiie siècle.

 

1980 : Jean-Michel Pichery pour Le Jeune Adulte délinquant.

 

1981 : Henri Souchon pour Analyse comparative de la pratique policière de l’admnonestation. France, Québec, Grande-Bretagne.

 

1982 : Sylvie Cimamonti pour Le Processus d’élaboration et de discussion de la loi du 2 février 1981 renforçant la sécurité et protégeant la liberté des personnes. Essai d’analyse sociologique.

 

1983 : Jean-Marie Fecteau pour La Pauvreté, le crime et l’État. Essai sur l’économie du contrôle social au Québec (1791-1840).

 

1987 : René Levy pour Du suspect au coupable, le travail de police judiciaire.

 

1989 : Roger Dufour-Gompers pour L’Image et le corps : psychothérapie en milieu carcéral.

 

1994 : Marie Vogel pour Les Politiques des villes entre local et national : l’administration des polices urbaines sous la IIIe République.

 

1996 : Philippe Combessie pour Prisons des villes et des campagnes : étude d’écologie sociale.

 

1999 : Charlotte Vanneste pour Les Chiffres des prisons de 1830 à 1995 : des mécanismes économiques à leur traduction pénale.

 

2001 : Hélène L'Heuillet pour Basse politique, haute police. Une approche historique et philosophique de la police.

 

2003 : Benoît Dupont pour Construction et réformes d’une police : le cas australien (1788-2000).

 

2005 : Carla Nagels pour Jeunes et violence - Une rencontre programmée par la crise de solidarité. Analyse du discours de la chambre des représentants de Belgique 1981- 1999. (thèse de doctorat en criminologie, université libre de Bruxelles (ULB), 2004)

 

2007 : François Bonnet pour La Production organisée de l’ordre. Contrôler des gares et des centres commerciaux à Lyon et à Milan.

 

2009 : Claire Secail pour Le Crime à l'écran : le fait divers criminel à la télévision française.

 

2011 : Olivier Milhaud pour Séparer et punir, les prisons françaises mises à distance et punition par l’espace.

Twitter AFC

AFC Facebook

ICI